Types de lits fluviaux en Amazonie brésilienne

Les types de fonds de vallées sont fonction de la prédominance des formations détritiques néogènes, accumulées dans deux aires affaissées : le fossé de l'Amazone, en aval de Manaus, et le miogéosynclinal andin, à l'O; de mouvements tectoniques récents, surtout jeux de blocs faillés (Soli... Ausführliche Beschreibung

1. Person: Tricart, Jean L. F.
Quelle: in Annales de géographie : la revue académique francophone de géographie physique et humaine Vol. 86, No. 473 (1977), p. 1-54
Weitere Artikel
Format: Online-Artikel
Sprache: French
Veröffentlicht: 1977
Beschreibung: Online-Ressource
Schlagworte: research-article
Online Zugang: Volltext
Volltext
Tags: Hinzufügen
Keine Tags. Fügen Sie den ersten Tag hinzu!
Anmerkung: Copyright: © Librairie Armand Colin, 1977
Zusammenfassung: Les types de fonds de vallées sont fonction de la prédominance des formations détritiques néogènes, accumulées dans deux aires affaissées : le fossé de l'Amazone, en aval de Manaus, et le miogéosynclinal andin, à l'O; de mouvements tectoniques récents, surtout jeux de blocs faillés (Solimões en amont de Coari, bas Rio Negro); des fluctuations combinées du climat et du niveau marin au Quaternaire moyen et récent. La faible résistance du Néogène a permis à une incision régressive de remonter fort loin, jusque près de Porto Velho sur le Madeira, et près du confluent du Japurá sur le Solimões. Elle a coïncidé avec un climat tropical sec, ayant fait remplacer la forêt ombrophile par une savane propice au ruissellement. La transgression flandrienne a coïncidé avec la reconquête forestière et, donc, avec une phytostabilisation. Sur les cours d'eau locaux, des nappes alluviales se sont construites pendant les périodes sèches et ont été entaillées, à l'amont, lors des périodes de phytostabilisation. A Tarauacá, le R. Tarauacá et le R. Muru en montrent deux, dont le sommet est presque au même niveau. Elles sont emboîtées l'une dans l'autre et partiellement inondables actuellement. L'incision de ces nappes alluviales de fond de vallées se fait le plus souvent par des lits à méandres très instables, avec nombreux méandres abandonnés et bras morts, lentement colmatés par la végétation qui peut s'enraciner sous 1-2 m d'eau. L'évolution des méandres est accélérée par la proportion de limons et d'argile dans la nappe alluviale de fond de vallée : en effet, seuls les sables sont abandonnés à faible distance sur les rives convexes, les particules fines sont emportées au loin en suspension. Il en résulte un recul des rives concaves des méandres plus rapide que l'accumulation sur les rives convexes correspondantes, donc des élargissements en hernie du lit propices aux recoupements. L'attaque des berges se fait en partie par sapement lors de la montée de la crue, mécanisme classique, mais aussi sous l'effet de foirages des berges au matériel saturé d'eau lors de la décrue et sous l'effet de violents tourbillons provoqués par la chute d'arbres basculés par sapement. L'enracinement très superficiel de la forêt ombrophile, dû à la rareté des minéraux assimilables, favorise ce dernier processus. La vallée du Juruá offre des exemples particulièrement démonstratifs de tels méandres (voir figures). A l'aval, les nappes alluviales plongent vers un niveau marin bien inférieur à l'actuel. La coïncidence dans le temps de la transgression flandrienne et de la phytostabilisation par la forêt a provoqué un déficit alluvial général, mais d'importance inégale suivant les cours d'eau et suivant les tronçons : Le déficit maximum est réalisé le long du cours inférieur des rivières locales, ne drainant que le Néogène. Elles se terminent par des « rias fluviales », fonds de vallées inondés en lacs dont le niveau fluctue considérablement sous l'effet des variations de hauteur d'eau des grands fleuves (15-20 m sur le Solimões). Aucun delta ne s'observe à la tête de ces « rias fluviales », ce qui témoigne de l'extrême faiblesse des apports solides. Ces cours d'eau, par manque d'éléments minéraux, ont des eaux extrêmement acides et des écosystèmes d'une extrême pauvreté (« rios da fome »). Un déficit un peu moindre apparaït sur des cours d'eau disposant d'une certaine charge solide mais installés dans des angles de faille, comme le bas Rio Negro. Sur l'Amazone, vers Obidos, une certaine charge solide est disponible grâce aux sapements des versants néogènes de la vallée par certains bras. Mais elle a suffi à peine à compenser la rapide transgression flandrienne. Des levées d'altitude croissante s'observent le long des bras successifs de plus en plus récents. De vastes cuvettes marginales persistent entre le pied des versants et les levées relativement hautes bordant le cours actuel. Des deltas de débordement s'y édifient. Les eaux de l'Amazone contiennent des minéraux dissous allogènes. Leur pénétration dans les cuvettes lors de la montée des crues y permet le développement d'un phytoplancton, producteur primaire, qui, avec les prairies flottantes, rend possible le développement de biocénoses aquatiques plus variées et formant une biomasse plus importante. Les images du satellite ERTS-1 ont permis d'enregistrer le phénomène. Enfin, les cours d'eau suffisamment chargés, comme le Japurá et le Solimões, ont pu édifier, pendant la transgression, des plaines alluviales caractérisées par des systèmes de levées très importants, généralement à méandres, parfaitement visibles sur les mosaïques de radar. The types of valley bottoms are in relation with the prevailing Neogenous detrital deposits accumulated in two subsiding areas : the Amazon rift-valley, below Manaus, and the Andine miogeosyncline in the west; with recent tectonic movements, especially the play of faulted blocks (Solimões above Coari, lower Rio Negro); with joint fluctuations of the climate and of the sea-level during the middle and recent Quaternary. The weak resistance of the Neogenous enabled head erosion to go far upstream, up to the vicinity of Porto Velho on the Madeira, and of the confluence of the Japurá on the Solimões. It fell in with a dry tropical climate, which made the rain-forest be replaced by the savanna, which favours water running. The Flandrian transgression concurred with the reconquest by the forest, and so, with some phytostabilization. On local rivers, alluvial sheets have developped during the dry periods and have been incised upstream during the phytostabilization. At Tarauacá, the R. Tarauacá and the R. Muru show two such sheets, the tops of which are almost at the same level. They are boxed into one another and presently partly floodable. The incision of these alluvial sheets in valley-bottoms is often made by very unstable meandering beds, with numerous abandoned meanders and cut-offs, slowly clogged by the vegetation which can root under one or two metres of water. The evolution of the meanders is speeded up by the proportion of silt and clay in the alluvial sheet of the valley-bottom : effectively, only the sands are left at a short distance on convex banks while the thinner specks are brought along far in suspension. It results that the retreat of the concave banks of the meanders is more quick than the deposits on the corresponding convex banks, hence hernia-like broadenings which allow cut-offs. The attack of banks is partly due to the undermining of the rising flood — classic mechanism —, but also to the spluttering of water-saturated banks during the river-subsidence and under the effect of violent whirls due to the fall of undermined trees. The only superficial rooting of the rain-forest, due to the scarcity of assimilable minerals, favours this process. The Juruá valley gives peculiarly explicite examples of such meanders (see figures). Downstream, the alluvial sheets plunge down to a sea-level well below the present one. The coincidence in time of the Flandrian transgression and of the phytostabilization by the forest caused a general alluvial shortage which is however inequal according to the rivers and to the sections : The biggest shortage is seen along the lower local rivers which drain only the Neogenous. They end with the so-called « rias fluviales », i.e. lake-like flooded valley-bottoms, the level of which changes considerably with the variations of the water-level of the big rivers (15 to 20 metres on the Solimões). No delta can be seen at the head of these « rias fluviales », which shows the extreme weakness of solid deposits. These rivers, for lack of minerals, have extremely acid waters and very poor ecosystems (« rios da fome »). A less important shortage appears on rivers displaying a certain solid load, but which are located in fault-angles, like the lower Rio Negro. On the Amazon, near Obidos, a certain solid load is available thanks to the undermining of Neogenous valley-sides by some arms. B...
ISSN: 1777-5884

Ähnliche Einträge

Keine ähnlichen Titel gefunden

Ask a Librarian New Acquisitions New Acquisitions RSS: New Acquisitions New Featured Books RSS: Featured Books